Solution au manque de main d’œuvre : le recrutement international

Le recrutement international, une solution au manque de main d’œuvre

Selon la direction de l’analyse et de l’information sur le marché du travail - Emploi-Québec, nous devrions atteindre, d’ici 2024, le taux de chômage le plus bas enregistré depuis 1968. Pour l’ensemble de la période s’étalant de 2015 à 2024, c’est plus de 1,1 million de personnes qui se verront quitter le marché du travail en vue d’un départ à la retraite. C’est donc dire qu’il faudra remplacer, en un peu plus de 5 ans, 28 % de la main d’œuvre qui était en emploi en 2014.

La main d’œuvre québécoise étant vieillissante, ce sont les départs à la retraite qui créent essentiellement le fossé que l’on connaît et continuera de connaître, ces quelques années à venir.

Entre 2018 et 2034, tel que le démontre le graphique ci-joint, on y remarque un creux significatif quant au nombre d’individus prenant part à la population active, correspondant aux 15-64 ans.

Baisse de la population active 15 - 64 ans entre 2018 et 2034. Source: Statistiques Canada

La baisse du taux de natalité y est également pour quelque chose. Effectivement, entre 1950 et 2017, on remarque (voir graphique ci-contre illustré) une pente descendante correspondant à la courbe des naissances, au Québec. Il y eut près de 136 000 naissances en 1954 contre 74 000 naissances, en 2004, soit une baisse de près de 50 %.

Taux de natalité Québec 1950 - 2017. Source: Statistiques Canada

C’est donc dire que les départs à la retraite jumelés à la décroissance démographique, au Québec, expliquent la pénurie de main d’œuvre que nous connaissons actuellement. Toutefois, tous les secteurs d’emploi ne sont pas affectés au même niveau. Les emplois issus de la formation professionnelle et technique semblent être davantage atteints. Effectivement, tel qu’il l’est illustré dans le graphique ci-contre, 59 % des départs à la retraite qui s’effectueront, d’ici 2024, sont des emplois des niveaux de compétence B et C, relativement aux études professionnelles (DEP) et techniques (DEC) alors que seulement 19 % de ces départs se feront dans le niveau de compétence A, relativement aux études universitaires.

Répartition des départs à la retraite par niveau de compétences (2015-2024) Source: IMT - Emploi Québec

Le recrutement international est à ce jour une solution à considérer et une démarche à entreprendre pour les employeurs freinés dans la croissance de leur entreprise, par le manque de personnel.

Il importe toutefois de bien se préparer et de se poser les bonnes questions avant de se tourner vers une solution d’envergure comme le recrutement international. La demande étant grandissante, sur le marché, l’offre l’est tout autant. Un magasinage bien averti et appliqué s’impose pour s’assurer de faire un choix éclairé et judicieux.


Vous avez des questions au sujet du recrutement international ?
Contactez-nous ! Il nous fera plaisir de répondre à vos questions.


RETOUR AUX NOUVELLES ET ARTICLES >